Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Les communiqués

Uploadé le 7, juin 2016 | by LIDER News

Référendum: Communiqué LIDER relatif à la rencontre des partis politiques avec le chef de l’Etat

LIDER | 7 juin 2016


Cinq ans après son installation au pouvoir, Alassane Dramane Ouattara reçoit enfin ceux qui se définissent comme des opposants démocratiques à son régime.

Alors qu’il s’était engagé à ne prendre aucune décision sociétale ou politique d’envergure nationale sans en discuter avec les opposants, depuis avril 2011, M. Ouattara n’a opposé que dédain à ces derniers. Et pour preuve !

1) Pour aller aux élections législatives en décembre 2011, il décide, sans avoir procédé à un recensement de la population ni à une évaluation démographique des circonscriptions électorales, d’augmenter le nombre de sièges au parlement et d’en modifier arbitrairement les affectations.

2) Concernant la réconciliation, il décide de dédommager les ex combattants sans égard pour les victimes, et met en place une Cdvr dont le rapport est encore séquestré dans ses tiroirs à la présidence de la République.

3) Il prétend engager un dialogue avec l’opposition, mais jamais ne la rencontre, se contentant de corriger ou de rejeter les points d’accord obtenus entre ses mandataires et lesdits opposants.

4) Il escamote le recensement général de la population et de l’habitat (rgph) sans égard pour les avis pratiques et organisationnels de l’opposition, gaspillant ainsi plusieurs milliards de francs pour des résultats dont il ne sera nullement fait usage, ni pour le développement, ni pour l’habitat, ni pour les élections.

5) Il prépare sa réélection présidentielle sans mettre à jour la liste électorale avec les données du rgph, malgré le plaidoyer de l’opposition, confisquant de facto à 3 millions de citoyens leur droit de vote, de parole et de participation à la définition des choix et des principes qui guident la Côte d’Ivoire.

6) Il confie l’organisation de ces élections à une commission électorale totalement inféodée au gouvernement et aux politiciens, hypothéquant du coup son indépendance malgré les plaidoyers, demandes et exigences de l’opposition.

7) Fort de son arrogance, il va décider d’une loi qui fixe le statut de l’opposition en y imposant un chef de l’opposition qu’il ne connaît pas et qui aura un statut de ministre d’Etat.

Maintenant, il décide de donner une nouvelle constitution à la Côte d’Ivoire, nomme pour cela un comité d’experts sans termes de références, et décide, pour la première fois, de parler à certains opposants qu’ils convoquent à une rencontre aujourd’hui au palais présidentiel.

Pourquoi consulter l’opposition et les populations, après 5 ans de règne sans consulter qui que ce soit?

LIDER, invité, va se rendre à cette rencontre, mais ne se fait aucune illusion. M. Ouattara a déjà demandé aux experts de lui fournir une nouvelle constitution qui fera, de façon tout à fait superflue, passer la Côte d’Ivoire dans un troisième république.

Notre position est connue et nous rendrons compte au peuple à l’issue de la rencontre.

Fait à Abidjan, le 7 juin 2016

La Direction du Parti

Tags: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading