Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Economie

Uploadé le 23, janvier 2016 | by LIDER News

Enquête: Les prix des produits vivriers toujours élevés à Abidjan

Evariste Kouadio | LIDER News | 23 janvier 2016


Le gouvernement pléthorique et budgétivore de 43 ministres aux portefeuilles souvent redondants mis en place par le président Alassane Dramane Ouattara le 12 janvier prétend axer son action sur l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens. Le panier de la ménagère se remplit-il pour autant? La cherté de la vie connait-elle une inflexion notable ? Enquête comparative dans quatre marchés d’Abidjan, menée le jeudi 21 janvier 2016.

Grand marché de Treichville
Mme K. 42 ans, vendeuse de vivriers depuis cinq ans, est formelle : «L’aubergine blanche locale, cultivée dans le pays baoulé, manque sur le marché. Le peu que nous avons pu avoir sur le marché d’Adjamé où nous nous approvisionnons est proposé aux clients ici à Treichville de la façon suivante. Pour les plus grosses, le tas de 8 est à 500 f ; pour les moins grosses, le tas de 4 à 200 f. Cette période n’est pas favorable.» Elle enchaîne : «Le piment vert qui arrive du Burkina Faso est vendu à 500 f le tas de 25. D’ailleurs, nous payons nous-mêmes le sac de 50 kg à 15 000 f et il faut payer en plus le taxi qui le fait venir d’Adjamé, sans compter le billet qui nous attend ici.»

A quelques mètres d’elle, Mme E.Y., 54 ans, nous propose du gombo frais. Pour elle, «c’est très cher actuellement, on n’en trouve pas. Aujourd’hui, le tas de 15 est à 500 f et le tas de 3 à 100 f. Ce gombo vient de la localité d’Angban, pas loin d’Abidjan » précise-t-elle. Un autre produit, le gnangnan, est vendu par tas de 500 f : «En temps normal, les tas de gnangnan que vous voyez, monsieur, 6 seraient mis ensemble pour 500 f, mais aujourd’hui, on en trouve difficilement, donc c’est cher ; ce n’est pas de notre faute.»

La grosse tomate fraîche est actuellement proposée aux clients à 700 f le kilogramme. La vendeuse ajoute que ce prix-là est un plutôt acceptable, car parfois ça peut aller jusqu’à 1 500 f le kilogramme. Les jeunes cultivent la tomate dans les villages et viennent la vendre à Adjamé. «Ce que je vends actuellement vient d’Abengourou. Vous-mêmes, vous constatez qu’il n’y a pas de client, c’est dur… On construit pont, donc on ne mange plus

JourDeMarché3

En ce qui concerne l’igname kponan, c’est dans le magasin de M.H., 61 ans, que nous sommes reçus. Il nous informe que son stock actuel est petit, du kponan 2ème série, vendu au détail à 400 f/kg. «L’igname vient de Bondoukou. On n’en trouve pas, d’ailleurs, mon voisin, son magasin vide. Le camion de 30 tonnes nous revient trop cher avec une route souvent difficile à gérer.»

Pour ce qui est de la banane plantain, elle est vendue par tas de 5 ou 6 à 500 f ; pour les plus petites, 4 bananes à 300 f et la vendeuse d’indiquer que «bientôt, on remonte à 1 000 f parce que ça commence à manquer.» A Treichville, la viande de boucherie est à 2 400 f/kg.

Grand marché d’Adjamé
Quand nous arrivons au grand marché d’Adjamé, il 12h00, c’est Mme Y.A. 59 ans, qui nous accueille. Elle réceptionne des sacs d’aubergines venant de Korhogo, Saioua, Issia etc. Pour elle, au détail, «l’aubergine est vendue par tas de 500 f, sinon elle ne s’en sort pas avec les sacs de 25 kg qu’on achète  à 10 000 f. Les 4 piments frais sont à 100 f, mais on fait aussi des tas de 500 f».

On trouve des quantités suffisantes de bananes plantains à Adjamé. Deux camions de plus de 30 tonnes sont stationnés et on procède au déchargement de la cargaison arrivée le matin même. Les détaillants sont à 4 bananes à 100 f, 3 à 100 f, parfois 5 à 100 f, dit le revendeur Alassane, 52 ans, qui réceptionne la banane en gros en provenance de Saioua, Issia, Duekoué pour la revendre.

JourDeMarché2

L’igname kponan, à Adjamé, coûte 600 f le kilogramme, alors que l’autre variété, le klèn’glè, est vendu à 400 f le kg. 4 grosse tomates sont vendues à 100 f. Un tas de gnangnan coûte 100 f, 4 piments frais 100 f et 1,5 kg de graines 500 f.

Ce qui frappe tout visiteur qui arrive sur le grand marché d’Adjamé, c’est que l’endroit est totalement impraticable, avec des voies boueuses, surtout après une pluie comme celle de la matinée du 21 janvier 2016. Désolant constat : Les produits vivriers destinés à la consommation de populations abidjanaises se trouvent continuellement dans une insalubrité sans nom. Comment ose-t-on parler d’émergence dans un contexte où la nourriture des hommes est vendue dans une saleté indigne des animaux ?

Marché de Dokui
Pour étoffer notre enquête comparative, nous nous sommes également rendus au marché du Plateau Dokoui. Les coûts de produits vivriers concernés sont encore plus élevés sur un marché plus petit comme Dokoui, qui dépend du niveau d’approvisionnement du grand marché d’Abobo. Pour A.D. 42 ans, vendeuse, quand Abobo est faiblement approvisionné, comme c’est le cas actuellement, les aubergines blanches sont vendues à 500 f le tas, un tas plus réduit que celui de Treichville. Elle ajoute : «Dokoui a un petit marché et actuellement, il est difficile de trouver du piment frais à 100 f

4 grosses tomates sont tarifées à 300 f ; 3 tomates moyennes à 200 f et 4 petites tomates à 100 f. Beaucoup vendent à 400 f le kilogramme actuellement parce qu’il y a un arrivage important.

JourDeMarché5

Quant à l’igname vue chez Mme M.D. 19 ans, elle est vendue à l’unité : une grande igname à 1 500 f ; une moyenne à 1 000 f et une petite à 800 f. Pour cette jeune fille, on n’en trouve pas sur le marché et le transport des ignames depuis le grand marché d’Abobo par «poussse-pousse» revient très cher : les revendeurs ne peuvent pas s’en sortir en deçà de ces prix. La viande de boucherie est vendue à 2 200 f le kilogramme.

Marché Cocovico d’Angré
Le dernier marché visité le même jour est celui de Cocovico d’Angré. Ici, la tomate fraîche est vendue à 700 f le kilogramme. Mais à côté, certaines femmes disposent des tas de 4 grosses tomates à 300 f ; si le client insiste, on lui propose deux tas à 500 f ; alors que les petites tomates sont vendues à 200 le tas de 4 unités.

O.S., 29 ans, propose aux clients, l’igname kponan à 600 f l’unité et le klèn’glè, 500 f l’unité.

JourDeMarché4

Le piment frais est à 500 f le tas de 20, et 100 le tas de 4. La banane plantain est annoncée à 4 pour 300 f ou 2 tas de 4 à 500 f. La vendeuse Mme B. constate qu’elle commence à manquer. La viande de boucherie est à 2 200 f le kilogramme ; sans os, c’est 2 800 f.

Conclusion
Les produits vivriers sont vendus à des prix élevés sur les différents marchés de la capitale économique, même si ceux pratiqués au grand marché d’Adjamé sont plus abordables que ceux de Treichville, Dokui ou Angré. Les clients rencontrés lors de notre enquête, dont nous avons sollicité l’avis, sont unanimes pour citer comme éléments d’explication : le coût des intrants, du transport des marchandises, notamment le carburant, le péage routier dont beaucoup ne comprennent pas la nécessité d’en avoir deux sur la même route (les deux stations de péage n’étant distantes que d’une centaine de kilomètres), ainsi que les tracasseries routières qui n’ont pas disparu.

Nous pensons que la production de ces denrées sont encore trop faibles quantitativement et qualitativement, car issue de méthodes agricoles archaïques. Quand l’Etat de Côte d’Ivoire, par le biais d’une vigoureuse réforme telle celle proposée par LIDER, procédera au cadastrage de l’ensemble du territoire et rétrocédera gratuitement la propriété du sol et du sous-sol aux populations, la productivité agricole et le pouvoir d’achat des ménages augmenteront significativement. Malheureusement, tant que le gouvernement Ouattara se contentera de plagier les thématiques au cœur du programme de LIDER sans avoir ni l’envie, ni le savoir-faire pour les mettre en œuvre, cela n’a aucune chance d’être réalisé pendant les cinq prochaines années et les populations continueront de souffrir.

Crédit-Photos: Evariste Kouadio/LIDER

 

Tags: , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading