Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Les opinions

Uploadé le 14, mai 2016 | by LIDER News

Côte d’Ivoire: La croissance et la redistribution des richesses en 3 questions

Attoh Walah | Facebook | 14 mai 2016


Comment démystifier, de façon simplifiée mais non simpliste, les rodomontades de la croissance à deux chiffres.

Dans un village A qui gagnait 100 F par an, arrivent de nouveaux habitants (investisseurs étrangers) et usuriers (Banque mondiale – Fmi), qui investissent chaque année 20 F de sorte que pendant 5 ans, la richesse annuelle (Pib) créée vaut 20 F de plus que celle de l’année dernière. Ce qui aboutit donc à une forte croissance économique de 20% par an, dont s’en vantent le chef du village et ses notables (gouvernement). Mais après chaque année de production, les nouveaux investisseurs rapatrient leurs bénéfices équivalant à 20 F, et les usuriers récupèrent leurs intérêts qui avoisinent 10 F. Pour la première année de production, la richesse nette créée dans le village A est de 90 F (120 – 30).

Dans un village B qui gagnait aussi 100 F par an, le chef du village et ses notables inventent un nouveau système où chaque villageois a le droit d’hypothéquer (« mettre en garant », dans le jargon ivoirien) sa terre afin de financer les machines et les semences de son exploitation agricole, ou de s’acheter des poules-pondeuses pour développer son élevage avicole, ou encore financer l’agrandissement de son troupeau de moutons et de bœufs etc. Dans ce village B, le surplus de l’activité économique est évalué à 5 F chaque année pendant 5 ans. Les prêts ont été faits de manière endogène, c’est à dire entre villageois riches (banques-prêteurs locaux) et les villageois ayant des activités agricoles, artisanales et agropastorales: il y a donc une richesse nette de 105 F la première année de production dans le village B.

1. Entre le village A et le village B, quel est le village le plus riche après 5 années de production ?

2. Quel(s) parallèle(s) faire entre la situation du village A et la notion de croissance appauvrissante ?

3. La Côte d’Ivoire est-elle plus proche de la situation du village A ou de celle du village B ?

Atto Walah est un économiste, sympathisant de LIDER

Ndlr: Toute ressemblance entre la politique du gouvernement Ouattara (village A) et le projet de société LIDER défendu par le Pr. Mamadou Koulibaly  (Village B) est intentionnelle.


 



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading