Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Elections

Uploadé le 14, décembre 2016 | by LIDER News

Mamadou Koulibaly à Bonoua: “Notre pays n’arrive plus à faire rêver ses enfants”

LIDER News | 14 décembre 2016


Lors de l’investiture de Stéphane Clovis Vangah comme candidat de la jeunesse dans la circonscription de Bongo et Bonoua, le président de LIDER, le Prof. Mamadou Koulibaly a tenu, comme d’habitude, un discours de vérité aux populations.

«On a décidé de présenter Stéphane Vangah aux législatives , parce que les jeunes ont des rêves. Quand un pays n’arrive pas à réaliser les rêves de ses enfants, ils s’en vont. Le gouvernement italien nous a dit il y a moins de deux mois qu’il y a des milliers de jeunes ivoiriens qui arrivent sur leurs côtes. Notre pays n’arrive plus à faire rêver ses enfants. Ceux qui veulent rêver n’ont plus de place ici. Alors ils prennent leurs bagages pour partir en exil.

Il faut construire leur rêve. Construire un futur qui donne envie de rester, de travailler, de s’investir. Au lieu de cela, en Côte d’Ivoire, on construit un cauchemar qui porte le nom de constitution Ouattara. Les gens ne savent pas ce qu’il y a dedans.

Il dit qu’il va mettre un sénat, une vice-présidence, une chambre des rois, un conseil culturel et environnemental. Il faut que les jeunes soient à l’assemblée nationale pour voter contre les lois qui mettront en application cette constitution, parce que les sénateurs, le vice-président, les quinze présidents d’institutions, les rois et les chefs, il va falloir les payer, ça coûte très cher et c’est vous qui allez les payer.

Il est aussi inscrit dans cette constitution que la terre appartient au gouvernement, aux mairies, aux départements et aux personnes physiques ivoiriennes. Tous ceux qui sont assis ici, qui pensent que leur famille, leur communauté a vingt hectares à Bonoua, la constitution de Ouattara dit que vos familles, vos communautés, les personnes morales ne peuvent pas avoir la terre en Côte d’Ivoire. Quand vous êtes couché en pensant que ça là, c’est la terre de ma famille : c’est faux. Ouattara a fini avec ça un coup.

Il a même fait une loi qui dit que vous ne pouvez plus vendre vos terres directement à quelqu’un. Vous devez vendre au gouvernement, et le gouvernement lui ira vendre à quelqu’un. Mais attention ! C’est le gouvernement qui fixe le prix auquel il achète votre parcelle. Il va dire : le mètre carré ne dépasse pas 2.000 fcfa. Mais quand lui, gouvernement, il va revendre à quelqu’un, la même parcelle là, il va vendre ça 30.000 fcfa, 50.000 fcfa… et la différence, ça va dans sa poche.

La cherté de la vie, la division des populations, la confiscation des terres de Côte d’Ivoire par l’Etat, est-ce que ça vous arrange, est-ce que c’est bon pour vos rêves ?

Il faut choisir comme député quelqu’un qui est bon pour vous. Quelqu’un qui va vous arranger, quelqu’un qui vous aidera à réaliser vos rêves. Vangah ne va pas à l’assemblée nationale pour faire des routes, des maternités ou des usines. Il n’en a pas les moyens et ce n’est pas son travail. Il va à l’Assemblée pour dire à M. Ouattara : «Ta constitution, avec tout ce que tu as mis dedans-là, moi Vangah, je dis que ça ne passera pas.»

Stéphane ne va pas dire ça ici à Bonoua ou au siège de LIDER ou dans un meeting. C’est à la tribune de l’hémicycle qu’il le dira. Peut-être que les autres députés ne vont pas le suivre, mais au moins vous savez que vous avez quelqu’un là-bas pour dire «on ne veut pas !»

Un député, un groupe parlementaire LIDER seront les échos de vos contestations, de vos refus, de vos aspirations, de vos rêves. Si vous dites non dans votre salon, dans le woro woro, dans le gbaka, à l’école, à l’église, eux dans l’hémicycle disent aussi non.

Ne restez pas assis, ne restez pas chez vous. Si on l’a raté à la rédaction, si on l’a raté à l’adoption, si on l’a raté au référendum. Il ne faut pas qu’on le rate au parlement. Le combat qu’on a commencé ici à Bonoua pour barrer la route au référendum, c’est ce même combat qu’on doit continuer à l’assemblée pour barrer la route à cette constitution pour qu’elle ne s’applique jamais.

Vous devez soutenir Stéphane Vangah pour que les rêves des Ivoiriens ne tournent pas au cauchemar. Ne dites pas qu’il est trop jeune. Obama était président des Etats-Unis à 44 ans. Justin Trudeau, le premier ministre canadien, a 38 ans.

Si vous voulez que vos hommes politiques soient sérieux, n’attendez pas qu’ils prennent leur retraite avant de leur donner des responsabilités. Donnez-leur des responsabilités et soyez sûrs qu’ils soient là encore pour voir si ce qu’ils ont fait était bien ou pas. Vous les rencontrez et vous pouvez leur dire : C’est toi qui nous a mis dans les problèmes !

Ce sont des jeunes qu’il faut élire. Il faut que les jeunes s’impliquent. Ne soyez pas que des colleurs d’affiche. Soyez des militants, responsables, engagés, impliqués. C’est votre pays, c’est votre travail, c’est votre avenir. Ce sont vos rêves ! Que la liberté soit avec vous.»

Tags: , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading