Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Ecole et Emploi

Uploadé le 4, septembre 2018 | by LIDER News

Mamadou Koulibaly à Port-Bouët: « Tant qu’on ne sort pas du franc cfa, on n’aura pas d’emplois ici »

LIDER News | 4 septembre 2018


«Le franc cfa est conçu pour que la richesse soit pompée chez les plus pauvres pour aller vers les riches. Tant qu’on ne casse pas le système du franc cfa, on n’aura pas d’emplois ici en Côte d’Ivoire.» C’est avec ces paroles fortes que le Prof. Mamadou Koulibaly, candidat de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) à l’élection présidentielle de 2020, s’est exprimé devant les 300 jeunes, accompagnés pour certains de leurs parents, venus l’écouter au parking du quartier Texas à Port-Bouët samedi 1er septembre 2018, à l’initiative de Arthur Brou, le responsable régional à l’implantation de la zone.

Soutenu par une forte délégation de cadres, MamKoul, comme l’appellent affectueusement ses supporters, a pris la parole après que le Délégué Général du parti, Jacob Atta, ait rappelé les hauts faits d’arme qui démontrent son sens élevé de l’Etat : Marcoussis, novembre 2004, budget sécurisé, défense de la nation, dénonciation des pratiques de corruption etc., et que Monique Gbekia, la Présidente de LIDER, ait précisé : «Le monsieur qui va parler, il a créé son parti, il a fait ses deux mandats comme président de LIDER, et puis il est redevenu militant de base. Certains ont pleuré, d’autres ont fait des délégations pour le supplier de changer d’avis. Il a refusé. C’est un homme de parole, qui respecte les textes. Ce qu’il dit qu’il fera comme Président de la République, il le fera.»

Avec la simplicité, la clarté et la méthode qu’on lui connait, Mamadou Koulibaly a expliqué à l’auditoire comment il entend répondre à leurs préoccupations, en faisant ressortir les points saillants de son programme calqués sur les 3 étapes de la vie des populations : la naissance, les études et le travail.

«Arthur Brou m’a demandé de vous dire, chers amis, comment je peux être le rempart de la jeunesse. Le rempart, c’est celui qui peut se mettre entre vous et le danger. Les problèmes des jeunes sont connus. Moi, je veux mettre en place un système de santé avec des médecins bien formés, des hôpitaux bien équipés. Quand vous m’aurez élu, le Président de la République, tous ses ministres, leurs femmes et enfants, les députés, les maires, les directeurs généraux de l’administration, tous ceux qui touchent l’argent public : aucun d’entre eux ne sortira pour aller se soigner à l’étranger. Nous allons tous nous soigner au Chu ou au centre de santé communautaire. Vous allez voir comment, avec ça, en un an, nous allons très vite trouver les moyens de mettre des scanners au Chu de Yopougon, de Cocody, d’Angré, au Chr de Korhogo, de Bouaké, de Man, d’Abengourou, de Bondoukou…»

Si, pour le Professeur Mamadou Koulibaly, la santé est une des préoccupations premières des populations, le deuxième point important pour les jeunes, c’est faire des études : «Quand le jeune a appris un métier, s’il a des compétences, il peut s’en sortir. Tous les métiers : tailleurs, plombiers, soudeurs, mécaniciens, coiffeurs etc. doivent être correctement enseignés ; il y a l’argent dedans, mais il faut les apprendre à l’école. Il faut donner ses lettres de noblesse à l’apprentissage, en faire une autoroute de réussite et non un garage où l’on atterrit quand on a échoué ailleurs. Je mettrai beaucoup d’argent dans l’école pour former les jeunes, les femmes jusqu’à l’université», a-t-il poursuivi, racontant les difficultés rencontrées par un industriel du secteur de l’imprimerie pour recruter des couturières et tailleurs de qualité à Abidjan et qui, après avoir investi des milliards pour ouvrir une activité de confection de haut de gamme, a du faire venir des spécialistes tunisiens pour parfaire la formation des employés locaux.

Le troisième point important pour que les jeunes se réalisent, c’est avoir du travail. Il a dénoncé l’escroquerie opérée par le gouvernement, qui accepte que 300.000 personnes postulent pour 300 places à pourvoir dans l’administration, tout en encaissant des sommes faramineuses comme frais de dossier/concours. En plus de mettre fin ce type de pratiques et de rompre avec le franc cfa, ce qui permettra à de grandes sociétés de venir s’installer en Côte d’Ivoire et d’offrir des emplois aux populations, il entend encourager la création d’entreprise en réformant la fiscalité, en baissant les impôts, en combattant la bureaucratie et les tracasseries administratives, en enlevant les barrières à l’importation et à l’exportation, en soutenant les pme/pmi et les jeunes entrepreneurs. Le régime parlementaire qu’il mettra en place permettra aux populations d’exiger des comptes aux gouvernants et de lutter sans pitié contre la corruption: «Je n’ai pas été ministre longtemps, mais pendant ces 11 mois, les voleurs, je les ai mis en prison», a-t-il martelé.

Terminant son allocution, le Professeur, avant de répondre aux questions de l’assemblée, a précisé : «Il est plus facile d’échapper à la pauvreté quand on respecte la séquence dite du succès : on fait des études, on trouve du travail, on se met en couple et enfin, on fait des enfants, dans cet ordre-là», soulignant que faute de mettre en place les réformes qu’il porte dans son projet de société «les jeunes continueront de chercher la richesse ailleurs, en Europe, à travers la migration, même au prix de leur vie.»

C’est dans une ambiance fervente et chaleureuse que MamKoul a remis des kits d’études à 13 bacheliers de la zone ayant obtenu de bonnes notes, ainsi que des ballons et des maillots aux équipes de maracana du voisinage, qui avaient disputé un tournoi dans la matinée, juste avant le début du meeting.

Contact Arthur Brou: 08 56 44 63 / 02 94 03 33

Tags: , , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading