Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Actualités

Uploadé le 24, mai 2017 | by LIDER News

« Ce n’est pas de l’intérêt, c’est du désespoir » – Nathalie Yamb (LIDER) répond à Kandia Camara

Nathalie Yamb | LIDER | 24 mai 2017


Kandia Camara, ministre de l’éducation nationale de Côte d’Ivoire, s’est réjouie du fait qu’il y ait eu 77.000 postulants pour 5.000 places d’instituteurs adjoints niveau Bepc. «Le concours est exclusivement réservé aux instituteurs adjoints avec le niveau Bepc cette année. Mais, je voudrais vous informer que nous avons des candidats qui ont la maîtrise, la licence, le baccalauréat… Ça veut dire que la fonction enseignante intéresse de plus en plus les jeunes et je m’en félicite», a-t-elle déclaré samedi 20 mai 2017.

A LIDER, nous avons cherché à comprendre la raison de l’autosatisfecit de la ministre. La seule que nous ayons pu trouver est que l’affluence de candidats a servi à bien remplir les coffres de l’Etat, chaque postulant devant acquitter des frais de concours.

En dehors de cela, la situation est plutôt affligeante. Contrairement à la lecture faite par la ministre, c’est plutôt le désespoir qui a poussé des personnes surqualifiées à postuler à ce concours. Tout comme ce n’est pas par vocation que des doctorants en droit ou en mathématiques se retrouvent à vendre des recharges téléphoniques ou à emballer les achats des autres au supermarché.

Dans les années 1960 à 1980, quand les coopérants français sont venus en Côte d’Ivoire, ils avaient pour mission de former une élite. Au regard du niveau et de la qualité des générations qui ont bénéficié de cet enseignement, l’on doit pouvoir admettre que cela a été fait.

Hélas ! Les choses se sont dégradées depuis le départ des assistants techniques et coopérants européens, et l’élite locale formée par leurs soins n’a pas été capable, à son tour, de former ses propres descendants pour assurer l’avenir et la pérennité d’une école de haut niveau.

La nationalisation des cadres et leur utilisation dans le système scolaire ont eu pour résultat la tribalisation de l’administration, le nivellement par le bas de la formation et la corruption comme système d’exploitation à titre privé des services publics etc.

Au vu de la jubilation mal placée de Kandia Camara et de l’état de délabrement actuel du système éducatif ivoirien, la conclusion qui s’impose est que la coopération, malgré ses affres, semble avoir un meilleur bilan que l’ivoirisation des cadres.

A LIDER, nous pensons que ce n’est pas une fatalité et que nous pouvons changer cela. L’instruction publique a besoin d’être transformée de manière vigoureuse, intelligente et durable en Côte d’Ivoire, et devrait être le premier secteur d’investissement du gouvernement, en dehors de celui de la réforme du foncier.

Pour LIDER, le développement d’un pays ne dépend pas des matières premières et autres richesses naturelles, mais du capital humain, de la qualité des femmes et des hommes qui constituent une nation. La capacité de notre système éducatif à équiper les apprenants avec les compétences clés pour une meilleure employabilité dans le monde d’aujourd’hui et ceux du futur est donc cruciale.

Un pays dont la jeunesse est bien formée, et par conséquent mieux employée, bénéficiera d’une plus grande stabilité sociopolitique et sera donc moins exposé aux risques de crises violentes et/ou armées. Il verra d’autre part sa productivité et son attractivité pour les investissements directs étrangers augmenter, et pourra faire face, de manière active et choisie, aux enjeux de mondialisation et d’innovation.

A lire également (cliquer sur l’article):

Tags: , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading