Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Actualités

Uploadé le 3, août 2018 | by LIDER News

Questions au gouvernement: décryptage du conseil des ministres du 1er août 2018

LIDER News | 2 août 2018


Chaque semaine, le conseil des ministres se tient (généralement le mercredi) et, à sa sortie, un compte-rendu en est fait par le porte-parole du gouvernement devant les médias. Organe de veille de l’action gouvernementale, LIDER News, qui évidemment n’est pas convié à la présidence, a décidé d’interroger le porte-parole du gouvernement, chaque vendredi, à travers cette tribune, en formulant les questions que nous aurions posées si nous avions été présents, et auxquelles le peuple de Côte d’Ivoire est en droit d’avoir des réponses, lui qui a été abandonné par les très incompétents et alimentaires députés qui le représentent à l’assemblée nationale.

  • Par décret, la République de Côte d’Ivoire a garanti un montant de 388.000.000.000 fcfa dans le cadre de la restructuration de la dette de la Société ivoirienne de raffinage (Sir). Dans la foulée, une taxe de 30 fcfa par litre à l’ambiant sur le super carburant, de 15 fcfa par litre à l’ambiant sur le gasoil et de 30 fcfa par kilogramme sur la ddo et le fuel oil a été instituée pour soutenir l’activité de raffinage. Ces mesures ne signifient-elles pas que la Sir est en situation de quasi faillite ? Comment se fait qu’une société bénéficiant d’un monopole, qui vend à des prix fixés par décrets à une clientèle captive, se retrouve dans une situation aussi désastreuse? Qui est responsable de cet état de chose ? Les dirigeants de la société feront-ils l’objet de poursuites pour gestion calamiteuse ? Quelle est la pertinence du monopole de la Sir, sinon à faire peser sur le contribuable la charge de redresser la mauvaise gestion des dirigeants de l’entreprise ? Pourquoi n’a-t-on depuis belle lurette pas libéralisé ce secteur, pour permettre la saine concurrence entre des opérateurs au bénéfice du consommateur ? Pourquoi ne pas dissoudre des institutions inutiles comme le sénat, la médiature, la grande chancellerie, la chambre des rois et chefs traditionnels, le conseil économique et social plutôt que d’assommer les populations avec des taxes toujours plus nombreuses et toujours plus élevées ? Pourquoi la dette de la Sir semble-t-elle poser problème alors que le gouvernement répète inlassablement que l’endettement n’est pas un souci ?
  • Un décret portant institution et modalités d’organisation du 5e recensement général de la population et de l’habitat prévu sur l’ensemble du territoire national pour la période 2018-2021 a été adopté. La loi ivoirienne, à travers les décrets n° 86-389 du 4 juin 1986 et n°97-683 du 3 décembre 1997, dispose que le recensement général de la population et de l’habitat se fait tous les 10 ans en Côte d’Ivoire. Le 4e rgph ayant eu lieu en 2014, qu’est-ce qui justifie l’organisation du 5e en 2018 ? Qu’est-ce que signifie la période 2018-2021 ? Le rgph sera-t-il effectué sur 4 ans ? Combien coûtera l’opération, sachant que le dernier rgph conduit il y a à peine quatre ans avait coûté 16 milliards de fcfa ?
  • Le conseil a adopté un décret approuvant une concession du service public pour l’identification des commerçants, l’édition et la délivrance de la carte de commerçant en Côte d’Ivoire. A qui cette concession a-t-elle été octroyée ? A la suite de quel appel d’offre ? Quels sont les termes financiers et juridiques de cette concession ?
  • Le gouvernement nous apprend qu’au 31 juillet 2018, la valeur actuelle des prêts contractés ou garantis s’élève à 1.022,7 millions USD, soit un taux de réalisation de 42,6% pour un plan d’emprunt total prévu de 2.400 millions USD en valeur actuelle, (soit 3.346,7 millions USD de valeur nominale). Qu’est-ce qui explique que moins de la moitié des financements promis aient été effectivement mis à disposition du gouvernement à 6 mois de la fin d’année ? Quelles sont les réticences exprimées par les bailleurs de fonds ?
  • Le prix d’excellence de l’administration publique la plus moderne ne sera pas décerné cette année, pour défaut de lauréat. Quels sont les critères utilisés pour jauger la modernité ? Est-ce à dire que l’administration ivoirienne est obsolète et ringarde ? Que compte faire le gouvernement pour remédier à cela ? Comment s’explique ce manque de lauréat alors qu’il existe un ministère spécifiquement chargé de la modernisation de l’administration depuis janvier 2017 ?
  • D’autres aspects du communiqué du conseil des ministres (la révocation d’un maire et le reformatage des conseils municipaux et régionaux sur la base du rgph 2014) ont été abordés par le Prof. Mamadou Koulibaly dans sa vidéo du jeudi à voir ici: https://youtube.com/watch?v=WSlEllwUscE

Communiqué du conseil des ministres du 1er août 2018: ici

 

 

Tags: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading