Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Actualités

Uploadé le 20, juillet 2018 | by LIDER News

Questions au porte-parole du gouvernement: décryptage du conseil des ministres du 18 juillet 2018

LIDER News | 20 juillet 2018


Chaque semaine, le conseil des ministres se tient (généralement le mercredi) et, à sa sortie, un compte-rendu en est fait par le porte-parole du gouvernement devant les médias. Organe de veille de l’action gouvernementale, LIDER News, qui évidemment n’est pas convié à la présidence, a décidé d’interroger le porte-parole du gouvernement, chaque vendredi, à travers cette tribune, en formulant les questions que nous aurions posées si nous avions été présents, et auxquelles le peuple de Côte d’Ivoire est en droit d’avoir des réponses, lui qui a été abandonné par les très incompétents et alimentaires députés qui le représentent à l’assemblée nationale.

  • Par décret, l’Etat de Côte d’Ivoire a garanti pour 180 milliards de fcfa un prêt que la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) a accordé à l’entreprise burkinabè Ebomaf (propriétaire Mahamadou Bonkoungou), en vue de la construction de 224 kilomètres d’infrastructures routières. Ceci est particulièrement savoureux quand on sait que le président de la République a déclaré dans une interview récente : «Je veux des champions nationaux. Je ne supporte pas que la majorité des affaires soient entre les mains de non-Ivoiriens.» Qu’est-ce qui justifie cette garantie pour une société privée étrangère ? Quand est-ce que le gouvernement a garanti ce type de prêt pour des sociétés privées ivoiriennes et lesquelles ? Quels sont les 224 km de routes évoqués dans le communiqué ? S’agit-il de construction, de réhabilitation ? La société Ebomaf a été choisie au terme de quel appel d’offres ? Quels étaient ses concurrents ?
  • Le gouvernement a fixé la date du 13 octobre 2018 pour les élections municipales et régionales. Quand est-ce que le gouvernement va cesser de violer les lois du pays et les droits des citoyens et procéder à la réforme de la commission électorale illégale et du code électoral qui l’inféode au président de la République ? Avant les élections d’octobre, avant l’élection présidentielle de 2020 ou alors jamais ?
  • Le Conseil des ministres a pris un décret pour céder un bien immobilier (situé juste à côté de l’hôtel Ivoire à Cocody) appartenant à l’Etat de Côte d’Ivoire, et donc au peuple ivoirien, à une société dénommée SCI Ivoire Trade Center pour la somme de 8,2 milliards de francs cfa. A qui appartient la SCI Ivoire Trade Center ? L’appel d’offre initial a été passé quand ? Quels étaient les compétiteurs de SCI ITC ? Pourquoi le projet, dont la construction a été confiée à Pierre Fakhoury (Pfo) en 2015, prévu pour être achevé en 2017 et budgétisé à 15 milliards de fcfa a-t-il été arrêté et a-t-il causé des pertes pour l’Etat ? À combien se chiffre «la déperdition financière» de l’Etat?
  • Le gouvernement a décidé de célébrer la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogue du 26 juin 2018 par des festivités organisées du 20 au 23 août 2018 à Cocody. Quelle est l’utilité d’organiser des festivités de 4 jours au mois d’août pour célébrer une journée qui a eu lieu en juin ? Quelle est la pertinence du choix de Cocody pour héberger les «festivités» alors que les problèmes de drogue et de fumoirs sont nettement plus cruciaux dans des communes comme Abobo, Anyama, Azaguié, Adjamé, Yopougon etc. ? Quel est le budget prévu pour ces festivités et n’aurait-il pas été mieux utilisé en le mettant à disposition d’organisations et d’associations qui viennent en aide aux jeunes drogués ou luttent contre la drogue, ou investi dans une campagne d’information nationale et/ou scolaire ou dans la répression des microbes, ou encore mis à la disposition de jeunes entrepreneurs créateurs d’emplois, car il est évident que le chômage exorbitant qui frappe la jeunesse ivoirienne a un impact non négligeable sur l’usage et le trafic de drogue ? Pourquoi choisir comme thème «Allons à l’émergence à l’horizon 2020 avec une jeunesse saine, sans drogue», alors que l’auteur du très fumeux concept «émergence à l’horizon 2020» a lui-même reconnu, dans une interview parue le 11 juin 2018, que ladite émergence n’est pas réalisable pour 2020 et l’a lui-même reportée aux calendes grecques ?

Communiqué du conseil des ministres du 18 juillet 2018: ici

Tags: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter


  • Connexion

loading