Liberté et Démocratie pour la République
Un engagement responsable au service du progrès social


Les opinions

Uploadé le 5, janvier 2019 | by LIDER News

Yacourwa Koné (VP LIDER): «Bédié, Ouattara, Gbagbo ont tous échoué. Voici celui que nous proposons»

Yacourwa Kone | LIDER | 4 janvier 2019


Yacourwa Koné, vice-président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), proche du Pr Mamadou Koulibaly, n’apprécie pas la gouvernance du régime Ouattara, encore moins le débat autour du rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (rhdp). Dans une vidéo mise en ligne sur la toile, le 31 décembre 2018, il parle sans langue de bois, et estime que l’homme de la situation en Côte d’Ivoire, est le Prof. Mamadou Koulibaly, fondateur de LIDER. Ci-dessous l’intégralité de sa déclaration.

Nous sommes dans un pays où on a l’impression que l’histoire très récente de la Côte d’Ivoire n’est pas très bien cernée, ou que les gens oublient très vite. Aujourd’hui, qu’est-ce qu’on nous sert? On nous parle de coalition pour 2020. Pdci-Renaissance, sur les traces d’Houphouët-Boigny, pdci, rhdp unifié, rhdp non unifié, et je vois qu’il y a de l’engouement, ça intéresse des Ivoiriens. Et pourtant, chers Ivoiriens, cela ne devrait pas vous intéresser, parce que les gens sont en train de vous distraire. Pourquoi? Parce que tous ces acteurs qui animent la vie politique aujourd’hui, qui parlent de coalition en 2020, et qui disent qu’il faut aller avec tel ou tel, étaient tous dans le rhdp qui a échoué. C’est le fruit de l’échec patent, que personne ne veut assumer.

Je voudrais dire aux Ivoiriens de ne pas se laisser distraire. L’échec du rhdp était prévisible. Le rhdp a été mis en place, simplement pour faire partir Laurent Gbagbo. Mais qu’est-ce qu’on fait quand on fait partir Monsieur Laurent Gbagbo du pouvoir? Ils ne l’ont pas prévu. Donc, c’est logique que quand on n’a pas de vision pour un pays, et qu’on se met ensemble pour pouvoir le diriger, c’est logique que ça se termine dans la cacophonie qu’on constate. On fait du bruit partout. On dit que comme il a fait le pont, cela vaut un 2e mandat, on arrive à Daoukro, on lance l’appel de Daoukro, et aujourd’hui, on dit qu’on regrette, et qu’on doit créer une autre coalition. LIDER dit Non.

Très très vigilant, le professeur Mamadou Koulibaly reste fidèle à ses principes et à ses idéaux de départ, qu’il prône depuis 20 ans maintenant. Souvenez-vous, le premier livre de Mamadou Koulibaly sur la Côte d’Ivoire, sur l’Afrique, que j’ai eu la chance de lire, a été écrit depuis 1992. Il est intitulé: «Le libéralisme, nouveau départ de l’Afrique noire». Il a une vision pour l’Afrique, mieux, pour la Côte d’Ivoire. Nous pensons qu’on ne peut pas révolutionner une économie aussi bancale que celle de la Côte d’Ivoire, si on n’a pas une vision claire, avant d’être président. Nous pensons que personne ne peut faire bien au sommet de l’État quand il n’a pas une vision précise de ce qu’il va faire quand il va arriver au pouvoir. C’est ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Un ami journaliste m’a demandé: «Mamadou Koulibaly est où et avec qui?». J’ai répondu: «Il est avec toi, il est avec moi. Mamadou Koulibaly est avec la Côte d’Ivoire.» Dans tout ça, personne ne dit ce qu’on fait pour la Côte d’Ivoire. On dit, on va se mettre ensemble. Mais qu’est-ce qu’on fait quand on se met ensemble ?

«J’appelle les Ivoiriens à ouvrir les yeux»

J’étais à Gagnoa dernièrement pour les funérailles de mon oncle. Mais on lit la misère sur le visage des gens, sur la route.  Mais personne n’assume l’échec. J’étais aussi au Nord chez moi à des funérailles encore, avec un ancien partisan de Laurent Gbagbo. Il était comme un trésor, tout le monde voulait le toucher, lui parler. Mais il y a un vieux qui a fini par lâcher le mot : «On vous a chassés pour rien. Ils ont échoué», a dit le vieux. Mais personne ne veut assumer. Aujourd’hui, on dit: «on est dedans, on n’est pas dedans». Vous êtes tous dedans. C’est pourquoi j’appelle les Ivoiriens à ouvrir les yeux.

Heureusement en Côte d’Ivoire, nous avons les ressources humaines. Il y a des hommes et des femmes capables de révolutionner, de redresser l’économie nationale, de faire comme Paul Kagamé. Nous proposons le professeur Mamadou Koulibaly. Je voudrais lancer un appel sérieux, pressant aux Ivoiriens. Je voudrais leur dire qu’il faut quitter dans les vieux noms. Ces vieux noms ne nous ont rien apporté. Bédié, Ouattara, Gbagbo. Ils ont tous été présidents de la République mais ils ont échoué. Il faut nécessairement ouvrir les yeux. Proposons de nouvelles personnes. On ne peut pas continuer, je l’ai déjà dit, avec les mêmes gens dans les mêmes conditions. Ce n’est pas possible.

Regardez bien quand on parle de la gouvernance du rdr, du rhdp. Comment pouvez-vous comprendre, chers Ivoiriens, que Monsieur Alassane Ouattara soit président de la République de Côte d’Ivoire, et qu’il y ait des crises répétitives chaque fois qu’il y a des élections, alors que le monsieur a été victime du fonctionnement de la Cei (Commission électorale indépendante)? Mais, il maintient la même Cei qui continue de faire des palabres dans les mêmes conditions, des élections chaotiques dans les mêmes conditions. Et avec ça, on part vers 2020, et personne ne parle. On dit qu’on ne peut pas le faire maintenant, on va changer en début d’année. Mais diantre! Pourquoi on ne peut pas le faire maintenant? Je voudrais dire qu’il y a un véritable manque de volonté politique en Côte d’Ivoire.

«Mamadou Koulibaly est avec la Côte d’Ivoire»

Si nous n’avons pas un homme courageux comme le professeur Mamadou Koulibaly au pouvoir, si nous n’avons pas quelqu’un qui est capable de dire Non quand il faut dire Non, Oui quand il faut dire Oui… L’histoire plaide pour le monsieur que nous proposons. Son histoire plaide pour lui. 27 ans, professeur agrégé d’économie. Ça, on peut dire que c’est l’école. Mais prenons Marcoussis. Le monsieur a dit Non. Une négation totale de l’État. Il dit: «Non, moi je ne signe pas». On a dit: «Mamadou Koulibaly est comme-ci, comme-ça, on ne sait pas où il est». Mais où Marcoussis nous a amenés? Aujourd’hui, il dit: «Je ne souhaite pas qu’on continue dans les palabres mais je ne peux pas travailler avec Alassane Ouattara». Il crée un parti politique. On dit: «Mamadou Koulibaly est seul». Mais je vous dis que Mamadou Koulibaly est avec la Côte d’Ivoire.  Ce que vous ne savez pas dans tout ça, c’est que c’est la Côte d’Ivoire qui est seule. Parce que quand on n’avance pas, on fait des réformes bizarres, ambiguës, le pays n’avance pas, et pensez-vous que le pays est avec quelqu’un? Conseil des Nations unies, on fait 90.000 voyages en 5 ans, et ça n’apporte rien à l’Ivoirien lambda qui est couché au village, dans la misère.

Après avoir fait ce petit chemin depuis 2011, avec Mamadou Koulibaly, je pense connaître un peu l’homme. Je pense qu’il faut un homme comme lui, au sommet de l’État. Vous pouvez proposer quelqu’un d’autre. Mais, qu’on ne nous serve plus les mêmes cocktails que personne ne maîtrise, et que finalement, c’est la Côte d’Ivoire qui soit toujours perdante.

Nous proposons que les Ivoiriens ouvrent les yeux en 2019. Il faut une véritable révolution idéologique en 2019, pour aboutir à une révolution dans les urnes en 2020. Dépassionnons le débat, asseyons-nous et observons, et voyons en face la réalité. Il faut nécessairement que la Côte d’Ivoire fasse autrement. En tout cas, notre proposition, c’est qu’on ne se mette plus dans des coalitions qu’on ne maîtrise pas. Il faut que le projet de société soit clair: nous sommes d’accord que si on arrive au pouvoir, voilà ce qui peut être fait pour le pays…Les principes sont clairs, et on se réunit autour de ce projet. Maintenant, démocratiquement en 2020, en toute logique, on prend le pouvoir et on applique ça. Mais qu’on ne nous dise pas: «On n’a qu’à faire partir le monsieur du pouvoir, et on verra». Non !!! Nous ne sommes pas d’accord avec ça.

Je parle en mon nom personnel, mais je voudrais dire que, nous, en tant qu’acteurs politiques, partis politiques soucieux du devenir de la Côte d’Ivoire, d’une Côte d’Ivoire moderne, en tant que vice-président de ce parti, la Côte d’Ivoire gagnera à ouvrir les yeux, si de nouvelles possibilités de personnes capables de diriger et de révolutionner notre économie s’offrent à nous. L’objectif de notre action, c’est qu’on ait une Côte d’Ivoire moderne, réconciliée avec elle-même. A propos de la réconciliation nationale, on continue de nous servir des théories. Mais en réalité, l’Ivoirien ne vit pas en paix. C’est un cri du cœur. Désormais, nous allons parler. Parce que quand vous êtes en train de danser avec un aveugle, il faut le piétiner de temps en temps. Aujourd’hui, au rhdp, ils ont échoué, et ils aiment, chaque fois, être dans des tribunes pour faire des déclarations tapageuses, en train de danser. Ils se foutent des Ivoiriens. Nous n’allons plus les laisser faire.

Il y a une voix qui s’élève bientôt pour parler Côte d’Ivoire. Et c’est LIDER. LIDER, bien entendu, légitime.  Ce ne sont pas ces plaisantins «lider-rhdp» qu’on vous sert à la rti. Que 2019 soit une année de paix, de volonté politique réelle, de révolution des choses ; une année avec moins de bruits de kalashnikov ; une année de prospérité. Je vous remercie.

Paru dans Soir Info du vendredi 4 janvier 2019 / propos retranscrits par B.I.

Tags: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • La mairie d'Azaguié

  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter

  • Connexion

loading