Liberté et Démocratie pour la République

Un engagement responsable au service du progrès social


Actualités

Uploadé le 6, novembre 2019 | by LIDER News

“Facebook n’a aucun respect pour les Africains” Haumar Sory (LIDER)

Haumar Sory | LIDER | 6 novembre 2019


En réaction à la sortie récente du média social Facebook, relative à des activités de manipulation de l’opinion depuis la Russie et à destination de certains pays, Haumar Sory, Délégué régional de LIDER en Suisse et en Italie, nous a transmis un droit de réponse que nous publions pour vous. Bonne lecture de ce droit de réponse.

Dans un article exclusif, intitulé «Facebook dénonce des campagnes de manipulation menées en Afrique depuis la Russie», publié par “Jeune Afrique”, le 30 Octobre 2019, nous lisions “Le géant de la Silicon Valley (Facebook) a identifié en particulier trois campagnes de manipulation de l’opinion publique menées à partir de 2015 sur Facebook et Instagram, depuis des comptes situés en Russie. Les opérations auraient visé les utilisateurs de huit pays africains, dont la RDC, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la Centrafrique et Madagascar… ”

Joignant l’acte à la parole, nous avons pu constater que Facebook a bloqué la page Facebook de l’Ong AFRIC (Association pour la Recherche Libre et la Coopération Internationale) qui est une communauté de chercheurs, enquêteurs, experts, et activistes qui ont pour but de mettre sur pieds une plateforme pour la diffusion d’information objectives, d’analyses pertinentes, de point de vue sur des sujet d’actualité ; en établissant la communication et l’interaction. Les comptes Facebook de leaders de cette association ont même été supprimés.

Nous exprimons toute notre indignation et condamnons avec la dernière énergie cet acharnement de l’entreprise de Mark Zuckerberg contre la lutte souverainiste africaine, de façon générale, et contre cette l’Ong AFRIC, en particulier. En effet, cette organisation est une  actrice majeur de la lutte africaine pour l’éveil des consciences contre ce système colonialiste et impérialiste entretenu par certaines nations occidentales qui prend en otage, depuis des siècles, les droits fondamentaux à la liberté, à l’éducation, à la santé et au bien-être des peuples d’Afrique par le maintien à la tête de leurs Etats des laquais à coups de rébellion, de coup d’Etat, d’élections truquées et même de complots terroristes, pour mieux organiser le pillage des ressources du continent.

Nous sommes d’autant plus surpris que cette « information exclusive » du média «Jeune Afrique», caisse à résonance et outil de propagande et de manipulation par excellence de l’opinion en Afrique, à la solde des impérialistes, apparaisse au lendemain du sommet historique Russie-Afrique consacré justement à la mise en place de mécanismes techniques et économiques pour aider l’Afrique à gagner le combat de sa souveraineté. Nous savons aussi que pendant ce sommet, des panafricanistes, comme Nathalie Yamb, conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, le candidat de l’alliance du peuple, à la présidentielle en 2020 en Côte d’Ivoire, Kemi Seba, et des organisations de la société civile comme Afric, ont brillamment travaillé à exposer au monde entier la face hideuse de tous ces mécanismes néocolonialistes, comme le franc cfa, comme l’occupation militaire, qui entretiennent la pauvreté et le désespoir en Côte d’Ivoire, au Cameroun et en République Centrafricaine, pour ne citer que ceux-là.

Il ne fait donc l’objet d’aucun doute que cette sortie du réseau social Facebook n’est qu’une autre tentative de manipulation de l’opinion africaine et internationale, une contre-offensive désespérée devant l’écho retentissant du discours magistral, mémorable et historique de Nathalie Yamb à Sotchi,  tant dans les milieux africains intellectuels et populaires que dans le monde diplomatique. Il n’y a qu’à remarquer la liste des pays évoqués dans l’article de “Jeune Afrique” pour s’en rendre compte. Ils sont tous d’Afrique  francophone; alors que nous avons encore en mémoire le quart d’heure difficile et humiliant pour la diplomatie française qu’a été le discours de la désormais héroine de Sotchi, Nathalie Yamb.

Notre indignation est d’autant plus grande que Facebook s’arroge le droit de décider des informations qui sont bonnes ou pas pour l’Afrique. C’est une grave atteinte à la liberté d’opinion et un mépris vis-à-vis de la capacité de discernement des Africains. Cette attitude grossière, irrespectueuse et à tout point de vue offensante s’inscrit dans la ligne droite de la pensée grégaire colonialiste et impérialiste qui prétend toujours savoir ce qui est bon pour l’Afrique. Ceci n’est rien d’autre que la pérennisation de cette culture de manipulation de la conscience collective africaine et mondiale, ayant justifié, des siècles durant, les agressions et les barbaries esclavagistes, impérialistes et colonialistes en Afrique, et qui tendait à faire passer les peuples africains comme des sauvages barbares et ignorants à qui l’on doit apporter la civilisation. N’est-ce pas là, l’hôpital qui se moque de la charité quand on sait que l’une des premières civilisations les plus anciennes qu’à connues le monde est africaine (4000 ans avant JC) ; à une époque où les ancêtres de Mark Zuckerberg vivaient reclus dans des grottes, dans des sociétés barbares qu’aucune autre partie du monde n’ait jamais connue ?

Nous invitons Facebook donc à se ressaisir incessamment et à témoigner beaucoup de respect à l’endroit de l’opinion africaine à l’avenir. Nous sommes un peuple mature, responsable, rempli de valeurs et qui sait clairement et précisément ce qu’il veut : la fin de l’ingérence de l’occident l’impérialiste dans le choix de son mode de vie culturel, social, politique et économique. Si Facebook a décidé de faire allégeance au camp des fossoyeurs du droit au bien-être des populations africaines,  qu’il comprenne que l’étincelle que Sotchi, à travers le discours de dame Nathalie Yamb,  a fait jaillir dans l’opinion en Afrique, particulièrement auprès des jeunes générations, n’est que le résultat d’un ras-le-bol généralisé qui végète depuis longtemps, et en même temps, le début d’une ère nouvelle, le début du processus irréversible du crépuscule du diktat de l’envahisseur impérialiste, pour l’aube d’une souveraineté et d’une indépendance non négociable en Afrique. Alors bien choisir son camp et rester rigoureusement fidèle au statut de plateforme de libre opinion qu’elle revendique, pourrait être déterminante pour l’avenir de l’entreprise de Mark Zuckerberg.

C’est le lieu pour nous, d’inviter tous les souverainistes et panafricanistes africains, experts et spécialistes, revendiquant des compétences en création et développement web de se mettre ici et maintenant à la disposition de la cause africaine, par l’initiation d’un projet de réseau social, propre à l’Afrique, pour les 1,3 milliards d’africains. Ce réseau sera à tout point de vue décisif pour la suite combat.

Haumar Sory
Délégué Régional à l’implantation
LIDER Suisse – Italie

Tags: , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • Je contribue

    Informations personnelles

    Total du don : €10

  • La mairie d'Azaguié

  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter

  • Connexion

loading