Liberté et Démocratie pour la République

Un engagement responsable au service du progrès social


Economie

Uploadé le 22, juillet 2020 | by LIDER News

Hausse des prix de transport: où sont passés les 250 milliards des fonds de soutien aux pme et secteur informel?

Fabrice Yapi | LIDER | 22 juillet 2020


Nous constatons depuis quelques semaines des hausses anarchiques des tarifs de transport sur l’ensemble de la Côte d’Ivoire, notamment sur les trajets au départ d’Abidjan. Ces augmentations peuvent être de quelques centaines de francs cfa ou monter à plus de 4 000 fcfa selon les distances. Ci-dessous quelques exemples de hausses de tarifs constatées :

• Abidjan à Toulepleu : Le tarif passe de 10 000 à 14 000 fcfa (+ 4 000, soit une hausse de 40%)

• Abidjan à Man : De 8 000 à 10 000 Fcfa  (+2 000, soit une hausse de 25%)

• Abidjan à Bouaké : De 6 000 à 8 000 Fcfa (+2 000, soit une hausse de 33%)

• Abidjan à Agboville : De 1 000 à 1 500 Fcfa (+500, soit une hausse de 50%)

Il faut savoir que les familles les plus modestes dépensent en moyenne 20 à 30% de leurs revenus dans les transports, notamment à Abidjan, et doivent parfois reporter voire renoncer à se déplacer par manque d’argent. La situation déjà difficile s’est aggravée ces derniers mois avec la crise sanitaire exceptionnelle qui secoue le monde entier et rend encore plus vulnérables plusieurs de nos concitoyens.

Dans ce contexte économique tendu, les Ivoiriens se voient imposer du jour au lendemain une importante hausse des tarifs de transports (entre 20 et 50%), sous prétexte de permettre aux transporteurs de combler leur perte de chiffres d’affaires due à l’application des mesures anti-Covid. 

Ces augmentations impromptues de tarifs sont inadmissibles, surtout quand on se souvient que le président de la République et son gouvernement avaient fièrement annoncé dès la fin mars 2020, un plan de soutien économique, social et humanitaire de 1 700 milliards fcfa, incluant «(i) des mesures de soutien aux entreprises, (ii) des mesures d’appui à l’économie, (iii) des mesures sociales en faveur des populations». 

Des fonds de soutien économique et social ont même été créés et dotés de plusieurs centaines de milliards de fcfa. On peut notamment citer :  

• Un fond de 100 mds fcfa pour soutenir les grandes entreprises
• Un fond de 150 mds fcfa pour soutenir les Pme
• Un fond de 100 mds fcfa dédié au secteur informel

Nous nous interrogeons sur la manière dont ces fonds sont alloués aux différents acteurs. Quels sont les Pme et les acteurs de l’informel qui ont reçu de l’argent du contribuable ? 

Nous pensions que les transporteurs étaient accompagnés par leur ministère de tutelle, d’une part pour la mise en œuvre effective des mesures anti-Covid dans les transports, et d’autre part pour l’obtention d’aides financières leur permettant de faire face à la baisse de leurs recettes. Mais force est de constater le désordre dans ce secteur avec des tarifs qui, du jour au lendemain, peuvent augmenter, au détriment des clients qui n’ont malheureusement pas beaucoup d’alternatives.

Cette crise sanitaire a entrainé des drames humains, économiques et sociaux, et ce n’est malheureusement pas terminé. Pour beaucoup de pays, elle aura tout de même permis de mettre en lumière les carences des gouvernements en place. Le cas de la Côte d’Ivoire est très intéressant à observer, avec un gouvernement complètement dépassé qui s’est révélé incapable de gérer la pandémie de manière cohérente, incapable d’expliquer et de faire appliquer des mesures anti-Covid, incapable de limiter les impacts sur les plus pauvres, mais paradoxalement très à l’aise pour aller faire campagne à l’intérieur du pays lorsque le Grand-Abidjan était censé être confiné.

Nous recommandons aux populations de rester vigilantes quand à ces hausses de prix dans les transports et de saisir leurs élus (députés et maires). Dans un pays qui fonctionne bien, l’assemblée nationale se serait penchée sur le sujet et aurait demandé des comptes au ministère des transports et diligenté une commission d’enquête parlementaire sur l’usage des fonds Covid.

Le projet de société LIDER, porté par le Prof. Mamadou Koulibaly, prévoit de tout remettre à plat et de restructurer cet écosystème nébuleux des transports routiers sur lequel règnent syndicats et «gnambros» avec la discrète et lucrative complicité de certaines personnalités.

Que vous soyez usagers, chauffeurs ou propriétaires de véhicules de transport, agents des services publics, forces de l’ordre ou autres, n’hésitez pas à nous remonter toutes les difficultés que vous rencontrez au quotidien, et aussi vos propositions.

Si vous voulez voir se concrétiser le changement dans le domaine des transports, apportez votre parrainage citoyen au candidat de LIDER pour la prochaine élection présidentielle, le Pr. Mamadou Koulibaly (https://lider-ci.org/comment-parrainer-mamadou-koulibaly-mode-demploi/).Pour l’amour de la Côte d’Ivoire.

Fabrice YAPI

Délégué National LIDER aux transports et à la mobilité

Twitter : @gf_yapi



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • Je contribue

    Informations personnelles

    1
    Je contribue

    Total du don : €10

  • La mairie d'Azaguié

  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter

  • Connexion

loading