Liberté et Démocratie pour la République

Un engagement responsable au service du progrès social


Actualités

Uploadé le 15, octobre 2020 | by LIDER News

Invitée par les députés européens: ce que Nathalie Yamb (LIDER) a dit à l’UE

LIDER News | 15 octobre 2020


La Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly était l’invitée du groupe S&D au parlement européen dans le cadre de la semaine Afrique des socialistes et démocrates. Le 15 novembre 2020, au sein d’un panel de haut niveau qui comprenait le prix Nobel de la paix Denis Mukwenge, le ministre des affaires étrangères de la Commission européenne Josep Borrell, la président du groupe S&D Iratxe Garcia Perez, l’envoyé spécial du Fmi auprès des pays vulnérables Bert Koenders, Nathalie Yamb a partagé avec les député européens son point de vue et celui de LIDER, qui appartient à l’Alliance Progressiste (AP) depuis 3 ans, sur les relations Afrique-Europe. Intégralité de son intervention.

Bonjour et merci de m’avoir conviée aujourd’hui à donner mon point de vue et celui de mon parti LIDER, membre de l’Alliance Progressiste, que je représente ici, pour discuter de l’identification des priorités pour contrer les inégalités dans le contexte de la Covid-19.

Avant mars 2020, les inégalités existaient déjà en Afrique et les priorités des gouvernements africains, à ce moment là étaient 1) l’émergence des économies, un mot que les chefs d’Etat africains, comme les gourous d’une secte, martelaient aux populations de Abidjan à Lomé, de Dakar à Yaoundé, de N’Djamena à Libreville, 2) l’investissement dans les infrastructures physiques pour prétendre avoir concrétisé cette fameuse émergence par la construction de routes, de ponts, de palais, d’aéroports et 3) la course à l’endettement, pour financer tout cela avec la corruption et le détournement qui l’accompagnent.

Ironiquement, lorsque Covid se déclenche, c’est exactement toutes ces infrastructures de circulation qui ont été fermées, et celles qu’on aurait du ouvrir (hôpitaux, laboratoires, industries, écoles) n’existaient pas.

L’arrivée de la pandémie a prouvé l’inadéquation de ces priorités, a mis à nu le bilan catastrophique des gouvernements africains et a accru les inégalités devant l’accès à la santé, au savoir, au travail, à la technologie et au capital.

En Europe, pour contrer les retombées négatives du confinement que vous avez imposé à vos populations, vous avez opté pour des mesures d’accompagnement économiques, le télétravail, l’enseignement à distance.

Chez nous, rien de tout cela, car non seulement tout ce qui concerne le capital humain a été négligé, mais nos chefs d’Etat ont privilégié l’instauration de couvre-feu, le passage à tabac des récalcitrants, le détournement des fonds dédiés à la lutte contre la pandémie et la précarisation de populations contraintes à survivre au jour le jour grâce à l’informel, en l’absence de connaissance, d’emploi, d’industrialisation, de digitalisation.

Jusqu’ici, l’Union européenne assiste non seulement avec célérité nos gouvernants dans ce comportement inique, mais elle participe elle-même à creuser ces inégalités. Un exemple: Au prétexte de la Covid, vous avez fermé vos frontières aux citoyens lambda Africains, mais vous autorisez les évacuations sanitaire des privilégiés, les gouvernants, alors que le bas peuple est obligé de se débrouiller à survivre dans avec des systèmes sanitaires délabrés, des hôpitaux mouroirs, ce dont vous êtes très conscients, puisque c’est cet état de choses qui vous a fait prédire une hécatombe en Afrique face au coronavirus, chose qui, grâce au ciel, n’a pas eu lieu eu égard à la résistance inexpliquée des Africains. Les populations n’ont pas été décimées par le virus, qui peut-être n’aime pas la pauvreté, mais elles meurent de faim et de maladies chroniques.

Les gouvernants qui n’ont pas été capables d’avoir des réponses judicieuses se sentent obligés de modifier les règles du jeu pour s’accrocher au pouvoir, en changeant les constitutions, en violant les constitutions, en réprimant, en violentant, en tuant.

Dans quelques semaines, il y a des élections au Burkina Faso, en Centrafrique, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Guinée, au Niger, en Tanzanie. Mais déjà, dans un contexte de crise pré-électorale, on compte 60 morts en Guinée, 30 morts et de nombreux blessés en CIV, où Alassane Dramane Ouattara fait arrêter des membres de la société civile qui refusent son 3e mandat illégal, embastiller des femmes politiques et des députés, exiler ou expulser ses opposants.

Et vous, l’Union européenne, vous êtes d’accord avec cela. Vous financez cela. Vos représentants chez nous sont des accompagnateurs zélés des gouvernements, au lieu d’être aux côtés des populations, comme vous le faites en Biélorussie.

En CIV, Jobst von Kirchmann utilise le budget que vous mettez à sa disposition pour danser sur des estrades et organiser des concerts de musique avec les alliés du pouvoir comme réponse aux revendications du peuple pour un report du scrutin présidentiel afin de mettre en place un cadre électoral inclusif, crédible, transparent, juste et apaisé.

Vous dépensez 4,5 millions € du contribuable européen pour financer un processus électoral que le peuple ivoirien refuse, comme vous financez les camps de répression des migrants en Libye et dans le Sahel pour éviter de voir arriver chez vous ceux qui fuient la misère que vous entretenez chez eux ou qui veulent s’ouvrir au monde!

Les peuples africains veulent des fondations démocratiques aussi solides que celles qui vous avez construites en Europe, et vous, vous nous distribuez du riz et du savon en nous demandant de rester calmes, passifs et dociles face aux abus des gouvernements.

Pour conclure, je veux que vous sachiez que la jeunesse d’Afrique n’acceptera plus l’injustice qui lui est imposée. Elle vous observe et s’interroge sur les doubles standards que l’UE applique: sont-ils idéologiques, continentaux, liés à la couleur de la peau, aux amitiés entre ceux qui gouvernent ici et là-bas?

La démocratie, la liberté, les droits humains, le respect de la parole donnée sont considérées comme des valeurs universelles par les nouvelles générations africaines, mais quand nous voyons l’UE en faire la promotion en Europe et ailleurs dans le monde, mais fermer les yeux et la bouche quand elles sont violées en Afrique, juste pour sécuriser de juteux contrats pour ses entreprises et États, nous ne pouvons pas ne pas en tirer de conséquence le moment venu. Je vous remercie.

 

Tags: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • Je contribue

    Informations personnelles

    1
    Je contribue

    Total du don : €10

  • La mairie d'Azaguié

  • LIDER TV

  • Evénements

  • S’abonner à la Newsletter



  • Toi aussi deviens fan

  • Actualité sur twitter

  • Connexion

loading